Collections

Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898)

Deux femmes à l’étable. Étude pour « L’Enfance de sainte Geneviève », s. d. [1876-1877]
Pierre Puvis de Chavannes
Deux femmes à l’étable. Étude pour L’Enfance de sainte Geneviève, s. d. [vers 1876-1877]
Huile sur toile
H. 34 cm ; L. 40,8 cm
Inv. 2004.1.15
Donation Muguette et Paul Dini 5, 2004
© Villefranche-sur-Saône, musée municipal Paul-Dini / photo Didier Michalet

A l’origine destiné à suivre l’enseignement de L’École Polytechnique, Puvis de Chavannes est l’un des peintres majeurs de la seconde moitié du XIXe siècle. Son sens décoratif et ses mises en aplat susciteront admiration et inspiration parmi les peintres tels Paul Gauguin, Maurice Denis et Pablo Picasso. Il admire lui-même l’œuvre d’Eugène Delacroix, d’Henry Scheffer et de Thomas Couture dont il est brièvement l’élève, ainsi que celui de Théodore Chassériau et d’Ingres.

Après deux voyages en Italie (1846 et 1848), il expose au Salon de 1850, mais sera refusé plusieurs fois entre 1851 et 1858. Dans les années 1860-1870, il réalise des fresques et des peintures murales pour le musée d’Amiens, l’Hôtel de Ville de Poitiers et dans les années 1880, pour le musée de Lyon.

C’est durant cette période des grands ensembles décoratifs que Puvis de Chavannes réalise les compositions qui siègent au Panthéon. En 1876, il expose au Salon Sainte Geneviève enfant en prière, et le carton de l’Enfance de sainte Geneviève. Elles marquent sa consécration puisqu’il est nommé officier de la Légion d’honneur en 1877.

Son étude pour L’Enfance de Sainte Geneviève, Deux femmes à l’étable est très proche de la version aboutie. La facture est certes encore hésitante et rapide ; la matière en surface, tantôt grasse, tantôt diluée embrasse de nombreux repeints. Néanmoins l’étude illustre la singularité de l’artiste dans son harmonie plastique. Il y perpétue une esthétique romantique épurée, aux douces carnations rosées caressées, enveloppées et sublimées par la lumière, mêlée au classicisme de la trame quadrillée qui régit la composition. La signature, haute et coupant le dessin des bras de la femme de gauche est authentifiée mais probablement apocryphe. Une deuxième signature de Puvis, en haut à droite de l’œuvre apparaît derrière un aplat blanc rosé, brossé hâtivement.

2018
Le musée est fermé pour montage d'exposition jusqu'au 13 octobre. Rendez-vous dès le 14 octobre à 14 h 30 pour découvrir l'exposition "Roger de La Fresnaye (1885-1925), la tentation du cubisme".

Horaires

Mercredi
13h30 à 18h

Jeudi et vendredi
10h à 12h30
13h30 à 18h

Samedi et dimanche
14h30 à 18h

Le musée est fermé les jours fériés :
14 juillet 2018, 15 août 2018, 1er et 11 novembre 2018, 25 décembre 2018, 1er janvier 2019, 21 avril 2019 (Pâques), 1er et 8 mai 2019, 30 mai 2019 (Ascension).

Fermetures exceptionnelles
14 septembre 2018
26 décembre 2018
2 janvier 2019

Fermeture de l’espace Cornil seul :
18 décembre 2018 au 6 janvier 2019 inclus

Fermeture pour accrochages
17 septembre au 13 octobre 2018 inclus
11 février au 15 mars 2019 inclus
16 septembre au 12 octobre 2019 inclus

Tarifs

Plein tarif : 6 €

Tarif réduit : 4 €

Groupes : 4 € / personne
(à partir de 10 personnes et sur réservation)

Gratuité : moins de 18 ans

Pass-musée : 20 €
(libre accès pendant un an)

Les billets sont délivrés jusqu’à 17h30.

Accès gratuit pour tous le 1er dimanche
 de chaque mois.

Accessibilité

L’ensemble du musée est accessible aux personnes 
à mobilité réduite.

Un musée sur deux espaces
– espace Grenette (accueil, collections permanentes, expositions temporaires, boutique)
– espace Cornil (expositions temporaires)

Adresse

Musée municipal Paul-Dini
2 place Faubert
69400 Villefranche-sur-Saône
tél. : 04 74 68 33 70
fax : 04 74 62 35 13

En train :

Gare de Villefranche-sur-Saône, à 800 m (10 min à pied)

En voiture
à 33 km au nord de Lyon
A6 Paris-Lyon, sortie Villefranche-sur-Saône Centre, direction centre-ville