Collections

Léon Comerre

Allégorie de la Saône et du Rhône (esquisse), s. d. [vers 1890]
Léon Comerre
Allégorie de la Saône et du Rhône
s. d. [vers 1890]
Huile sur toile
H. 22 cm ; L. 82 cm
Inv. 2018.1.1
Acquis avec l'aide du Fonds régional d'acquisition pour les musées, cofinancé par l'Etat et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, 2018
© Villefranche-sur-Saône, musée municipal Paul-Dini / photo Didier Michalet

Sous la Troisième République, Lyon donne naissance à une peinture de genre reflétant les aspects les plus variés de l’animation de la cité notamment à travers les bâtiments publics. Les ornements civils lyonnais proclament l’idéal démocratique dont le régime de la Troisième République cherche, à ses débuts, la légitimité auprès d’une bourgeoisie influente. La nouvelle démocratie est le promoteur des arts, encourageant les Salons, les expositions et la création de musées. Cet effort de l’État est appuyé par le rapport établi en 1878 par Charles-Philippe de Chennevières, dit Jean de Falaise (1820-1899), alors directeur des Beaux-Arts, qui propose d’effectuer le recensement des monuments publics français susceptibles de recevoir une décoration peinte ou sculptée.

A Lyon, si le palais du Commerce regroupe plusieurs artistes de l’école lyonnaise de peinture, ce n’est pas le cas partout. Les artistes parisiens sont souvent préférés aux peintres locaux, afin d’appuyer la notoriété des nouveaux établissements comme à la Préfecture du Rhône. Pour celle-ci, construite dès 1879, les décorations embellissent notamment la somptueuse salle des fêtes dont le décor peint fut confié par le directeur des Beaux-Arts à Léon Comerre en mars 1890. Le préfet du Rhône Jules Cambon, à qui la présente esquisse est dédicacée, contribua à faire désigner l’artiste.

Les thèmes retenus furent les suivants : les tympans nord et sud furent respectivement ornés par le Rhône et la Saône et le triomphe de la Ville de Lyon.

Léon Comerre avait reçu en 1875 le grand prix de Rome. Renommé pour l’élégance de ces nombreux portraits, il avait aussi réalisé des œuvres monumentales comme l’Été et l’Automne, deux panneaux décorant la salle des fêtes de la mairie du IVe arrondissement de Paris (1886-1888), ou encore le décor du petit foyer de l’Odéon (1890).

Cette toile a bénéficié pour son acquisition de l’aide du Fonds régional d’acquisition pour les musées, cofinancé par l’Etat et le Région Auvergne-Rhône-Alpes.

2019
Réouverture du musée au public : Samedi 19 octobre 2019 à partir de 14h30.

Horaires

Mercredi
13h30 à 18h

Jeudi et vendredi
10h à 12h30
13h30 à 18h

Samedi et dimanche
14h30 à 18h

Le musée est fermé les jours fériés :
1er janvier 2019 – 21 avril 2019 (Pâques)
1er mai – 8 mai et 30 mai 2019 (Ascension)
14 juillet 2019 – 15 août 2019
1er novembre 2019 – 11 novembre 2019
25 décembre 2019.

Fermeture exceptionnelle :
Espace Cornil : 26 décembre 2019 – 4 janvier 2020.

Fermeture pour montage d’exposition :
23 septembre au 18 octobre 2019 inclus.

Tarifs

Plein tarif : 6 €

Tarif réduit : 4 €

Groupes : 4 € / personne
(à partir de 10 personnes et sur réservation)

Gratuité : moins de 18 ans

Pass-musée : 20 €
(libre accès pendant un an)

Tarifs détaillés

Les billets sont délivrés jusqu’à 17h30.

Accès gratuit pour tous le 1er dimanche
 de chaque mois.

Accessibilité

L’ensemble du musée est accessible aux personnes 
à mobilité réduite.

Un musée sur deux espaces
– espace Grenette (accueil, collections permanentes, expositions temporaires, boutique)
– espace Cornil (expositions temporaires)

Adresse

Musée municipal Paul-Dini
2 place Faubert
69400 Villefranche-sur-Saône
tél. : 04 74 68 33 70
fax : 04 74 62 35 13

En train :

Gare de Villefranche-sur-Saône, à 800 m (10 min à pied)

En voiture
à 33 km au nord de Lyon
A6 Paris-Lyon, sortie Villefranche-sur-Saône Centre, direction centre-ville